Trois choses que nous savons maintenant à propos de l’entrepreneuriat éducatif collégial

Une chronique de Raymond-Robert Tremblay, coordonnateur du Projet d’éducation entrepreneuriale au cégep

Durant l’atelier concernant l’entrepreneuriat éducatif au collégial, tenu le 15 août dernier aux HEC Montréal, on m’a posé une excellente question. « Vous dites qu’actuellement “aucune donnée scientifique n’a encore prouvé que l’entrepreneuriat éducatif peut augmenter l’engagement et la réussite scolaire”, mais que les réalisations des collèges et les témoignages recueillis pointent clairement en ce sens, du moins pour une certaine catégorie d’élèves. Si on voulait développer l’entrepreneuriat dans mon collège, y’a-il des conditions à mettre en place?»

En effet, après quelques mois d’existence du PEEC et d’observation des collèges, trois conditions nous semblent essentielles.

Une 4e question fort stimulante lors de l'atelier sur l'entrepreneuriat éducatif au cégep, tenue le 15 août dernier aux HEC.

Lire la suite… « Trois choses que nous savons maintenant à propos de l’entrepreneuriat éducatif collégial »

Facebooktwittergoogle_pluslinkedin

Reconstruire les régions grâce à l’entrepreneuriat : l’exemple de Shawinigan

Par Raymond Robert Tremblay, coach et consultant en gestion

Plusieurs de nos régions au Québec sont dévitalisées par le retrait de secteurs économiques traditionnels : la forêt, le papier, l’énergie, la grande industrie, etc. Comme conséquences, lorsque les jeunes sortent de l’école secondaire ou du cégep, ils se trouvent difficilement un emploi dans leur secteur d’études. Ceux et celles qui déménagent pour aller à l’université se trouvent souvent dans la même situation. Or les emplois qualifiés qui leur sont proposés sont souvent dans les grandes régions de Montréal ou de Québec. Une fois partis, ils s’enracinent, fondent des familles, achètent des condos et plusieurs ne reviennent jamais dans leurs régions d’origine. La Gaspésie, la Mauricie et beaucoup d’autres régions au Québec connaissent ce phénomène. Par conséquent, la population vieillit, les écoles ferment dans les villages et graduellement le tissu social est dévitalisé.

Dans l’ordre habituel, représentant divers cégeps de régions lors de la rencontre nationale des représentants du PEEC à Shawinigan: Alexandre Mathieu, Outaouais, Pierre Savard, Saint-Jérôme. Stéphanie Paquette, Outaouais, Louison Chabot, Beauce-Appalaches, Joëlle Guay, Sherbrooke, André Lamoureux, Trois-Rivières, Alain Leclerc, Saint-Félicien, Valérie Huppé, Limoilou, Mélissa Philippe, PEEC, Pascal Marcotte, Sherbrooke, Marielle Esclapez, Rimouski, Émy Daniel, Montmorency, Philippe Boisvert, Victoriaville, Maude Lemire-Desranleau, Vieux-Montréal, Marie-Ève Dupuis-Roussil, Shawinigan, Brigitte Valois, Saint-Jérôme, Raymond-Robert Tremblay, PEEC

Lire la suite… « Reconstruire les régions grâce à l’entrepreneuriat : l’exemple de Shawinigan »

Facebooktwittergoogle_pluslinkedin

Des cégeps se concertent: naissance du Projet d’éducation entrepreneuriale au cégep – le PEEC

Par Raymond Robert Tremblay, coach et consultant en gestion

Les cégeps n’occupent pas la place qu’ils pourraient en matière d’entrepreneuriat éducatif. Il existe pourtant – depuis des années – de nombreuses initiatives dans ce domaine, mais éparses et dispersées. Ce manque de concertation nuit au rayonnement de ces réalisations et il est remarquable de constater que depuis l’existence de concours comme Ose Entreprendre, on entend de plus en plus parler des accomplissements des cégépiens. Il est donc important d’accentuer ce mouvement de concertation.

À Québec, le 3 mai dernier, quinze cégeps ont annoncé qu’ils se sont regroupés au sein du Projet d’éducation entrepreneuriale au cégep, le PEEC. Ils ont ainsi décidé de mettre leurs ressources en commun afin de développer et partager leur expertise dans ce domaine. En encourageant les activités à valeur entrepreneuriale, tant scolaires que parascolaires, ces cégeps assument leur mission éducative tout en contribuant au développement socioéconomique dans les régions du Québec.

Les jeunes et les adultes qui participent à ces activités développent leurs compétences entrepreneuriales. Ainsi ces cégeps contribuent au déploiement de la culture entrepreneuriale, en faisant la promotion des valeurs et des attitudes propres aux personnes entreprenantes. Ils se situent ainsi comme des pépinières d’entrepreneurs en devenir, en complémentarité avec les intervenants économiques.
Lire la suite… « Des cégeps se concertent: naissance du Projet d’éducation entrepreneuriale au cégep – le PEEC »

Facebooktwittergoogle_pluslinkedin

ICMTL : une initiative d’avant-garde en entrepreneuriat créatif

Ça prenait un lieu spécial pour offrir le programme d’attestation d’études collégiales Venture Creation in the Creative and Cultural Industries (RNA.07). Bientôt également disponible en français, cette initiative conjointe du Collège Dawson et du Cégep du Vieux Montréal se démarque par son style résolument décontracté et innovateur. Partageant les espaces d’ICMTL, «un incubateur dédié aux entrepreneurs culturels et créatifs», les locaux évoquent plutôt les Workspace en vogue que les salles de classe traditionnelles. On y offre le premier programme combinant un perfectionnement professionnel et un programme de préincubation s’adressant d’abord à des professionnels des industries culturelles et créatives.

Le groupe se soumet à une séance de photo 360.

Hors des sentiers battus, on y retrouve des designers industriels, des photographes, des artistes visuels, des entrepreneurs sociaux qui ont en commun une créativité remarquable et une volonté de concrétiser leurs rêves. Le Lunch de réseautage et d’inspiration qui s’y est tenu le 6 mars dernier était de la même mouture, avec un brin de folie et une énergie électrisante dans l’air.

Lire la suite… « ICMTL : une initiative d’avant-garde en entrepreneuriat créatif »

Facebooktwittergoogle_pluslinkedin

L’entrepreneuriat social, une solution d’avenir

Il y a des gens qui croient encore qu’on peut changer le monde, un projet à la fois. Ce sont les entrepreneurs sociaux. Non seulement ils y croient, mais ils passent aussi à l’action. Voici sous quelles formes.

D’abord, définissons ce qu’est l’entrepreneuriat social. N’y a-t-il pas contradiction dans les termes? Plusieurs le pensent, tellement nous sommes habitués à identifier l’entrepreneuriat au profit personnel, voire à l’exploitation du travail des autres. Explication de Michel Venne, le directeur général du célèbre Institut du Nouveau Monde (INM) : «Un entrepreneur social apporte des solutions innovantes à des problèmes sociaux pressants. On trouve des entrepreneurs sociaux non seulement au sein d’entreprises collectives, mais aussi parmi les PME à capital action et les travailleurs autonomes.»

Elizabeth Araujo, coach pour les entrepreneurs sociaux
Elizabeth Araujo, coach pour les entrepreneurs sociaux

Lire la suite… « L’entrepreneuriat social, une solution d’avenir »

Facebooktwittergoogle_pluslinkedin