Les répondants entrepreneuriaux : une fonction essentielle

Au Projet d’éducation entrepreneuriale au cégep – PEEC – nous définissons une fonction essentielle : le répondant. C’est la personne qui coordonne les efforts, qui anime et partage, qui documente et organise les actions entrepreneuriales. Bref, c’est la personne du terrain. Elle n’agit pas seule, certes, et quelquefois ils sont même deux, car elle est au centre d’un réseau de personnes-ressources : professeurs, intervenants, organismes externes. Parfois, l’entrepreneuriat éducatif n’est qu’une partie de sa tâche, mais dans tous les cas elle porte une responsabilité : animer et améliorer l’intervention éducative entrepreneuriale dans son collège.

Au premier plan Alain Leclerc, répondant PEEC au cégep de St- Félicien. Derrière lui, Melissa Claudie Philippe, chargée de projet au PEEC et d’autres répondants.

Lire la suite… « Les répondants entrepreneuriaux : une fonction essentielle »

Facebooktwittergoogle_pluslinkedin

Virée entrepreneuriale à Shawinigan pour les étudiants en TAD


Le mardi 7 novembre 2017. Le 12 octobre, fin d’avant-midi : des étudiants en Comptabilité et gestion au Cégep de Saint-Jérôme, accompagnés de deux enseignants, prennent la route de Shawinigan. Destination : le Centre d’entrepreneuriat Alphonse-Desjardins, une coopérative qui aide ceux qui souhaitent se lancer en affaires. Incursion dans l’univers du démarrage d’entreprises.

Visite étudiante de St-Jérôme au CEAD

Lire la suite… « Virée entrepreneuriale à Shawinigan pour les étudiants en TAD »

Facebooktwittergoogle_pluslinkedin

Reconstruire les régions grâce à l’entrepreneuriat : l’exemple de Shawinigan

Par Raymond Robert Tremblay, coach et consultant en gestion

Plusieurs de nos régions au Québec sont dévitalisées par le retrait de secteurs économiques traditionnels : la forêt, le papier, l’énergie, la grande industrie, etc. Comme conséquences, lorsque les jeunes sortent de l’école secondaire ou du cégep, ils se trouvent difficilement un emploi dans leur secteur d’études. Ceux et celles qui déménagent pour aller à l’université se trouvent souvent dans la même situation. Or les emplois qualifiés qui leur sont proposés sont souvent dans les grandes régions de Montréal ou de Québec. Une fois partis, ils s’enracinent, fondent des familles, achètent des condos et plusieurs ne reviennent jamais dans leurs régions d’origine. La Gaspésie, la Mauricie et beaucoup d’autres régions au Québec connaissent ce phénomène. Par conséquent, la population vieillit, les écoles ferment dans les villages et graduellement le tissu social est dévitalisé.

Dans l’ordre habituel, représentant divers cégeps de régions lors de la rencontre nationale des représentants du PEEC à Shawinigan: Alexandre Mathieu, Outaouais, Pierre Savard, Saint-Jérôme. Stéphanie Paquette, Outaouais, Louison Chabot, Beauce-Appalaches, Joëlle Guay, Sherbrooke, André Lamoureux, Trois-Rivières, Alain Leclerc, Saint-Félicien, Valérie Huppé, Limoilou, Mélissa Philippe, PEEC, Pascal Marcotte, Sherbrooke, Marielle Esclapez, Rimouski, Émy Daniel, Montmorency, Philippe Boisvert, Victoriaville, Maude Lemire-Desranleau, Vieux-Montréal, Marie-Ève Dupuis-Roussil, Shawinigan, Brigitte Valois, Saint-Jérôme, Raymond-Robert Tremblay, PEEC

Lire la suite… « Reconstruire les régions grâce à l’entrepreneuriat : l’exemple de Shawinigan »

Facebooktwittergoogle_pluslinkedin